Quelles démarches entreprendre si je souhaite divorcer ?

Beaucoup d’entre nous se trouvent, un jour, confrontés au divorce : près de 45% des mariages se terminent en divorce. Entreprendre une procédure de divorce peut s’avérer fastidieux, long et être source de conflit, que cela soit pour les époux ou pour leur entourage proche. Il convient donc d’entreprendre les démarches en se posant les bonnes questions et en étant bien conseillé.

 

Consulter un avocat, pour se rassurer

Lorsque survient le divorce, c’est souvent la panique, et c’est normal. Il circule aussi beaucoup d’idées fausses sur le divorce. Consulter un avocat rapidement permet d’être éclairé sur ses droits, sur les procédures, de comprendre ce qui va se passer, mais aussi d’être aidé dans ses choix pour prendre les bonnes décisions. Les avocats aident aussi les époux à renouer le dialogue et à chercher, ensemble, les meilleures solutions pour leur famille. L’avocat, ce n’est pas la guerre, c’est souvent la voie de la paix.

 

L’avocat : le maillon indispensable à une procédure de divorce.

Il est obligatoire, pour les époux souhaitant divorcer, de se faire représenter par un avocat. Interlocuteur privilégié, c’est lui qui mène la procédure dans l’intérêt de son client. « Il est primordial qu’une relation de confiance puisse s’établir entre l’avocat et son client. En effet, ce dernier devra fournir des renseignements très personnels à son conseil » souligne Maître Brazier, avocat en droit de la famille à Lille. « Ensuite, après un échange sur la situation, l’avocat a l’obligation d’informer son client sur ses droits et les différentes procédures de divorce possibles. S’il ne le fait pas, l’accord de divorce en serait biaisé. Il oriente enfin son client sur la procédure la mieux adaptée à sa situation et favorisant au mieux ses intérêts. » Opter pour un divorce par consentement mutuel peut par exemple se révéler inadapté au plan fiscal, et choisir un divorce judiciaire faire réaliser aux époux des économies importantes, la procédure demeurant tout aussi amiable que dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel.

 

Les points essentiels à aborder dans le divorce

Où se situera la résidence des enfants ? Comment définir les montants des pensions alimentaires et de la prestation compensatoire ? Comment se partager les biens communs mobiliers et immobiliers ? Ces points sont autant de questions essentielles entrant en considération dans le processus de divorce. L’avocat est là pour aider son client à appréhender ces questions et à trouver des arrangements convenables « Au besoin si la communication est rompue entre les époux, l’avocat peut également faire appel à des professionnels de la médiation pour rétablir le dialogue. » précise Maître Brazier.

 

Comment trouver le bon avocat ?

Le choix de l’avocat est central dans la procédure de divorce, la qualité du conseil et de la rédaction de l’acte garantissant seules sa validité depuis la réforme. Le site www.reussirsondivorce.fr vous propose un annuaire détaillé des avocats spécialement formés au divorce. A noter : le couple ne peut plus se rendre ensemble chez le même avocat pour un premier rendez-vous et chaque époux doit demeurer libre du choix de son conseil.

 

Et si les époux sont d’accord sur tout ?

Même dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel, la loi impose à chaque époux d’être assisté de son propre avocat : il va l’éclairer sur ses droits et vérifier qu’il est effectivement d’accord avec les solutions envisagées. C’est ce que faisait auparavant le juge : le divorce est une période douloureuse et il arrive souvent que l’un des époux accepte n’importe quoi, juste pour que ça se termine vite. Les avocats, qui connaissent bien les conséquences des ruptures, (fiscales par exemple) pourront aussi proposer des solutions que les époux n’avaient pas imaginées et ajouter des clauses protectrices dans la convention de divorce  « Et puis, même si les époux sont initialement d’accord sur les partages des biens en début de procédure, par exemple, la situation peut devenir conflictuelle en cours de procédure. Il est donc primordial de connaître les recours possibles en fonction de la situation » conclut Maître Brazier.